Ce vendredi, lecture d'un album dense et important de Chantal Montellier, Les damnés de Nanterre. On peut savoir gré à C.M. de ne pas faire dans la vacuité, la futilité et le petit second degré qui gangrènent parfois la bande dessinée. Elle construit une oeuvre en dehors des modes, et ce n'est pas rien.