03 avril 2014

En kiosque

- Le Monde diplomatique d'avril... et c'est le 60e anniversaire du journal ! Cela me rappelle l'édition en espagnol que j'aime lire de temps à autre. Et la contradiction Marx / Bolivar reste féconde, n'est-ce pas ?

- L'Humanité, avec son cahier littéraire du jeudi + Les Lettres françaises, généreusement offertes : l'une des meilleures formules littéraires, le premier jeudi de chaque mois.

- La Croix, pour son cahier livres aussi, toujours pertinent, parfois surprenant... et en signalant Toute l'énergie du monde, son mook non dépressif.

Posté par David Benito à 12:12 - - Permalien [#]


Orage

A l'amie qui m'a abondamment envoyé catalogues, bulletins, journaux, marque-pages et autres... et rendu ainsi moins frustrante mon absence du dernier Salon du livre, cent fois merci ! Des pistes ainsi ouvertes, comme par effraction : la vie de l'esprit. Prendre soin intellectuellement et affectivement les uns des autres... en attendant que passe l'orage sur nos têtes.

Posté par David Benito à 12:22 - - Permalien [#]

Deux pour un

Peut-on proposer meilleures conditions, et qui plus est pour de grands livres, de ceux qui marquent la mémoire du lecteur au fer rouge ? Voici l'offre spéciale lancement pour Fille de chair d’Amoreena Winkler, chez Ego comme x. Amis libraires, pour la suite, soutenez ce livre : il ne se vendra pas sans vous !

Posté par David Benito à 17:20 - - Permalien [#]

Tout ça pour ça

Pauvre Fabienne Brugère, son travail ne semble guère diabolique, que d'ignorance et de procès d'intention derrière TOUT CELA. J'avoue d'ailleurs posséder un de ses textes dans ma bibliothèque, un simple article sur Foucault et les Lumières. Car tout vient de là, semble-t-il, des Lumières...

Posté par David Benito à 17:52 - - Permalien [#]

Oral / écrit

A écouter un de ces jours : Dominique Schnapper, lors d'un séminaire récent de La Règle du Jeu, à l'occasion de la sortie de L'esprit démocratique des lois (Gallimard), pétillante d'intelligence. Pourquoi la famille Aron me fait-elle penser soudain à la famille Necker ?

Posté par David Benito à 18:31 - - Permalien [#]


Cravos

Pour terminer la journée (et pas au sens des "jornadas" de Lope de Aguirre), ce livre original Grândola vila morena, le roman d'une chanson, aux éditions Aden. Accompagné de la chanson ICI. Eviter tout manichéisme, l'histoire sert à cela notamment... et voir des possibilités même là où on ne les soupçonnerait pas.

Posté par David Benito à 18:44 - - Permalien [#]

07 avril 2014

Auguste & co

Amusante effervescence autour d'Auguste (au Grand Palais) : si certains médias en parlent autant et d'autres si peu, s'il est revendiqué là et tu ailleurs... n'est-ce pas par une lecture politique anachronique, annexion pure et simple du passé, ors et pouvoir ? Et pourtant, que fait-on des ambiguïtés et de la complexité de son parcours, dont certaines ressortent à ce que Luciano Canfora étudie dans son bel ouvrage sur Jules César, "le dictateur démocrate" ? Quelque chose de la "queue des Gracques", comme on a pu parler de "queue de Robespierre" ? Laissons-nous rêver et dériver un peu... en espérant ne pas mourir étouffé dans la vraie queue, celle de l'exposition !

Posté par David Benito à 12:01 - - Permalien [#]

14 avril 2014

L'Humanité-matin

L'Humanité est un journal que je me suis mis à réellement fréquenter puis à aimer ces dernières années, dans ce qui constitue un processus (dont je parlerai peut-être un jour). Un processus complexe et lié bien sûr non seulement à une histoire politique au XXe siècle... mais aussi à une histoire de la presse française et à ses soubresauts.

[En tout cas, il suffit que je tente de faire connaître autour de moi le dernier quotidien "métapolitiquement de gauche" de ce pays et paf, Alain François est là avec son appareil photo. Jus d'orange, café, et cordiale engueulade matinale entre auteurs, ce qui s'appelle je crois une discussion]

Le meilleur papier de ce lundi est l'interview du géographe Jean Estebanez sur les zoos et l'inconscient colonial... à l'occasion de la réouverture du zoo de Vincennes. On pourra prolonger avec cette page de bibliographie à La Découverte.

Ou bien le compte-rendu du récent colloque Jaurès/Clémenceau (plus qu'à attendre une publication des Actes).

A suivre, puisque le lecteur que je suis apprécie la nouvelle formule du journal, entamée depuis quelques jours.

Posté par David Benito à 10:06 - - Permalien [#]

Bartillat-matin

Si je n'avais moults soucis d'ordre privé, je serais le plus heureux des hommes ce matin, où je trouve dans ma boîte aux lettres deux forts volumes des éditions Bartillat :

- le bien fantasmé Jules César de Carcopino (avec une utile préface de Jean-Louis Brunaux), un classique qui méritait d'être réédité. En attendant peut-être, qui sait, Alésia et les ruses de César. Hélas indisponible à ce jour, mais il y a le très bon livre du même Brunaux.

- une Histoire sincère de la nation française... de Seignobos (on se reportera à cet article pour savoir pourquoi il importe encore de lire l'un des fondateurs de l'histoire moderne en France).

En sachant que Bartillat publie aussi Mathiez, Mehring ou dans une tout autre direction Bainville et même Chateaubriand, nous voyons là se constituer peu à peu une sorte de cabinet de curiosités historiographiques passées (mais pas forcément dépassées, ou alors d'une manière utile), à recevoir évidemment de façon critique.

On s'épargnera la sottise d'Onfray utilisant Michelet sans aucun recul pour préférer la lecture originale et intelligente de Barthes. Le mieux étant encore de lire directement ce cher Michelet : souvent, les premières impressions intenses de la Révolution française lorsqu'on est jeune.

Posté par David Benito à 10:40 - - Permalien [#]

Colloque Giono

Plus jeune, j'ai beaucoup lu et beaucoup aimé Giono... pas lu depuis longtemps je dois bien avouer. Un vieil ami qui me connaît bien m'envoie le programme du colloque "Jean Giono. Le discours du roman et ses figures". Pour mémoire ici : si lui y va, il me racontera.

A noter la reparution en 2012 du beau - et étrange - livre sur la bataille de Pavie (Folio). A déguster avec son avant-propos aux Oeuvres complètes de Machiavel (La Pléiade).

Car Amboise ne suffit jamais.

Posté par David Benito à 15:10 - - Permalien [#]