19 janvier 2007

"L'ours. Histoire d'un roi déchu"

Le livre tant attendu de Michel Pastoureau sort enfin ces jours-ci au Seuil, coll. "La librairie du XXIe siècle". Ces 400 pages d'analyse sur la relation de l'homme à l'ours et sur son déclin amorcé au Moyen-Age prolongent les analyses de Pastoureau sur le thème, notamment autour du remplacement dans l'iconographie armoriale de l'ours par le lion. Le culte moderne de la peluche ne signe-t-il pas l'avènement d'une dramatique domestication/erradication ? Et pourtant, sans nos grands fauves, sans le sauvage, notre imaginaire ne sera plus peuplé que de chimères et de vent.

Posté par David Benito à 09:40 - - Permalien [#]


04 février 2007

"Alex Varenne itinéraire d'un libertin"

Sous ce titre, l'une des bonnes surprises de papier de ce festival : des entretiens récents entre le dessinateur et Luc Duthil, publiés par PLG et abondamment illustrés. On apprend de la bouche de Varenne des choses intéressantes, sur ses influences picturales bien sûr, mais aussi sur ses idées gauchistes de jeunesse. Je ne me doutais pas du compagnonnage, bref mais avoué, de Varenne avec Lutte Ouvrière ! Femmes BCBG et la Révolution comme un étendard pop-art...

Posté par David Benito à 02:00 - - Permalien [#]

09 février 2007

Eprouvette... et 3

Troisième, énorme et dernier numéro de la revue critique/théorique de l'Association, L'Eprouvette est d'autant plus indispensable qu'auto-immolée sur le feu d'une exigence, parfois dérangeante mais globalement stimulante (et ceci parce que cela). Et puis ce numéro est d'une richesse assez folle, le prix de 20€ paraissant du coup très bon marché au vu de la qualité de l'objet  : une leçon donnée aux marchands myopes et aux chantres de la rentabilité à tout va. Cela relève d'un potlatch sacrificiel. Et c'est beau.

 

 

Posté par David Benito à 14:16 - - Permalien [#]

10 février 2007

Rois Mages, encens des livres

En Espagne, avant l'intrusion de la figure mondialisée du père Noël, régnaient en maîtres les Rois Mages. Le mien est un peu chauve et peu barbu mais il a excellent goût en matière de livres.

Il m'amène ces jours-ci, venant tout droit de mes chères librairies "vallisoletanas" un paquet contenant la nouvelle édition controversée du Lazarillo de Tormes (editorial Octaedro), oeuvre attribuée à présent à l'intellectuel érasmiste Alfonso de Valdes, l'auteur du Dialogo de las cosas acaecidas en Roma. Je vais lire avec curiosité cette édition, ma découverte du Lazarillo remontant à loin.

Le même paquet contenait Dialogo de Mercurio y Caron (ediciones Catedra), indispensable complément de l'autre dialogue et défense encore plus virulente à la fois d'Erasme de Rotterdam et de l'empereur Charles Quint. Hélas, le livre est mal monté, des pages sans texte (!!) et il retourne donc en Espagne, filant sous mes doigts déjà fébriles ! Misère et déconvenue... Plus qu'à attendre un retour par la poste d'un exemplaire en bon état.

Pour me consoler, un autre livre : La alianza de Godoy con los revolucionarios. España y Francia a fines del siglo XVIII (CSIC) de Emilio La Parra Lopez, autour de ces passionnantes relations d'amour-haine entre l'Espagne de l'Ilustracion et la France révolutionnaire puis républicaine (pour moi la Révolution s'arrête à l'été 1794). Et un jour il se trouva des espagnols pour réclamer le retour de l'Inquisition et des chaînes !

Posté par David Benito à 20:08 - - Permalien [#]

19 mars 2007

Brecht en boxeur

Un livre curieux, édité par les éditons de l'Arche : L'Uppercut et autres récits sportifs, de Brecht. Un assemblage de textes, un peu de bric et de broc, sur le sport, surtout la boxe mais pas seulement. Quelques textes de Brecht inédits en français, ce qui constitue quand même le principal intérêt du recueil.

Posté par David Benito à 19:51 - - Permalien [#]


15 mai 2007

Révolutionnaire "Marseillaise"

Un "Rebonds" de Michel Vovelle dans Libération du 27 avril 2007 : Révolutionnaire "Marseillaise"

"La Marseillaise serait-elle devenue un objet froid, triplement désuète pace qu'on ne connaît plus la Révolution française, qu'on ne se réfère plus à l'autre révolution [...] et qu'on ne brûle plus de voler à la frontière pour défendre la nation ? [...] Je suis de ceux qui croient qu'elle a encore un message universel à porter, celui de la liberté sans cesse à conquérir. [...] la Marseillaise dont le chant, après deux siècles, perpétue le rêve de la possibilité de changer le monde."

Il faut vraiment avoir en tête la Révolution française, les combats des révolutionnaires noirs haïtiens ou bien la Résistance pour en être persuadé. Alors, oui.

Posté par David Benito à 23:13 - - Permalien [#]

21 juin 2007

Hier

Hier passablement déprimé je descends à la Librairie du CNBDI en quête d'une lecture enthousiasmante ou de ses promesses quelque chose propre à non pas relever la tête mais à la plonger dans quelque chose d'aussi frais qu'un buisson d'épines de la condition humaine je me traîne à la Librairie j'y roule la pente s'y prête une fois arrivé j'entame une ronde propre à rendre fous les libraires je ne sais que prendre je peux tourner des heures durant prendre un livre le reposer le reprendre le humer imaginer l'effet qu'il aura sur moi et s'il me sera une drogue suffisante c'est quelque chose de dense que je cherche dense et caverneux je prends reprends renifle repose ouvre et ferme cent fois le Ab bedex compilato d'Henriette Valium fasciné par l'ouvrage et ses surgissements dégoulinements sécrétions mais hier ce m'était drogue trop forte j'y reviendrai certes je tourne encore des libraires moins patients m'auraient foutu dehors je suis une guêpe qui ne les affole pas les lecteurs névrosés et déprimés ne doivent pas manquer je me lasse moi-même m'écoeure de cette quête passablement vaine et là je me porte sur une pile jaune en extrais un du milieu tout neuf le porte à la caisse et m'enfuis cherchant de l'air remontant à la surface en main Les Archives Mattt Konture à l'Association que je garde fermé dans son plastique pour longtemps pavé antidépresseur et griffu.

Posté par David Benito à 09:52 - - Permalien [#]

18 juillet 2007

"Les maladies du libéralisme"

Intituler un numéro de revue "Les maladies du libéralisme" en ces temps-ci peut sembler fortement culotté. Mais à l'heure où des ouvriers se suicident à la chaîne, s'intéresser à la "mélancolisation du sujet post-moderne" ou au "marché de la souffrance psychologique" ne semble pas tout à fait inutile. C'est ce que fait le n°75 de Cliniques méditerranéennes, confirmant que la psychanalyse reste un moteur de résistance de l'être humain et, en cette époque de normalisation médicamenteuse, demeure presque aussi mal considérée qu'aux temps épiques de Vienne. Elle n'a en tout cas pas fini de nous parler.

Pour ma part j'attendrai la sortie du n°76 et je pourrai alors lire les deux parties du long article consacré à "Gramsci et la psychanalyse" : c'est qu'il y a solide et diverse pâture dans les Cahiers de prison...

Posté par David Benito à 00:01 - - Permalien [#]

29 novembre 2007

Montreuil 07

Sur ce, je file à l'incontournable et toujours plus botté CLPJ de Montreuil. Quand vous descendrez au Métro Robespierre, demandez-vous en vous-même ce que vous pensez de lui. Si la réponse est RIEN, demandez-vous pourquoi vous en êtes là.

Posté par David Benito à 13:16 - - Permalien [#]

10 décembre 2007

Thèse en Sorbonne sur "Charlotte Corday et l'attentat contre Marat"

Cet après-midi, en Sorbonne, le jeune historien Guillaume Mazeau soutenait sa thèse sur Charlotte Corday et l’attentat contre Marat : événements, individus et écriture de l’histoire (1793-2007), thèse sous la direction de JC Martin, avec, dans le jury des gens comme JP Jessenne* ou Timothy Tackett**.

Selon les mots de l'impétrant : "Dans ce travail, nous proposons de revenir sur l’assassinat de Marat, commis le 13 juillet 1793 par Charlotte Corday (1768-1793). L’événement souffre en lui-même d’un préjugé historiographique, qui fausse la compréhension d’une période qui précède immédiatement la « Terreur ». Il soulève aussi des questions plus épistémologiques en ce qui concerne l’écriture de l’histoire. A travers l’examen de l’événement et de ses conséquences immédiates, de ses causes biographiques puis de ses effets à très long terme, dont l'importance est à réévaluer, nous avons voulu montrer qu’il peut être utile de déplacer le regard sur Corday. Ce renversement rétablit en effet la dynamique positive de l’événement, non plus identifié par défaut comme la « mort de Marat », mais comme « l’attentat commis sur Marat », qui porte une signification propre que le statut de la victime n’explique plus à lui seul. Ce rôle de l’événement dans la mise en place de la configuration qui permet la « Terreur », définie comme une politique des émotions, semble être confirmé par l’examen de la famille et du milieu de Corday. Il se confirme surtout à la lumière des conséquences et échos de l’acte, dont le régime d'action procède à la fois du tyrannicide, du régicide et du terrorisme moderne et participe à la fondation d'une nouvelle modernité au cours du XIXe siècle. Cette dernière dimension constitue la finalité de notre démarche. De 1793 à 1815 et dans une moindre mesure jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’attentat frappe par sa capacité à agir sur l’actualité politique, sociale et culturelle française et même européenne. Au début du XXe siècle, l’événement est ensuite délaissé par les universitaires, au nom d'une nouvelle échelle de distincton scientifique et politique. Capté par les milieux opposés à la République et à son nouveau roman national, l'événement devient un des multiples épisodes d'une plus large révision du passé. En décloisonnant ce qui est communément appelé l’histoire d’un côté, l’historiographie et la mémoire de l’autre, nous proposons une nouvelle articulation des régimes temporels par lesquels on analyse un événement, et entendons participer à redéfinir les catégories scientifiques désignant habituellement des usages du passé certes différents, mais peut-être pas inconciliables. Ces propositions s'insèrent donc explicitement dans les débats actuels entre politique, histoire et mémoire pour mieux réaffirmer la spécificité et l’utilité de l’expression universitaire de l’histoire."

Ceux qui comme moi sont alléchés par ces lignes, peuvent, en attendant la publication de cette thèse importante et qui fera date, se reporter à un aperçu de ses travaux, paru chez Geste éditions, un Charlotte Corday en trente questions, qui ne peut qu'ouvrir l'appétit. On peut aussi retrouver sa signature dans les AHRF, ici par exemple.

Depuis que jai appris que Valérie Mangin avait soutenu une thèse d'histoire des institutions, non publiée, je pense et repense à ces monceaux de recherches qui dorment... Publiez, publiez, il se trouvera toujours des lecteurs heureux de vous lire !

* Qui dirige par exemple Vers un ordre bourgeois ? Révolution française et changement social, aux PUR, ma lecture du moment. Une passionnante mise au point historiographique sur la question de la "révolution bourgeoise", éloignée des tranchées d'il y a quelques années. Les choses se sont bien calmées et les historiens de maintenant font feu de tout bois, quoi qu'il soit dur de voir se dégager des vues d'ensemble, tant l'histoire se trouve "en miettes". Il est en tout cas bon de voir revalorisé et défendu tout un héritage historiographique, notamment l'oeuvre de Lefebvre, à qui je dois de grands moments de lecture. Ce livre me fait en tout cas enrager de ne pas assez posséder de langues, tant de livres passionnants sur la Révolution n'étant pas traduits en français.

** En français, on peut lire ce livre, celui-là, ou encore celui-ci.

Posté par David Benito à 17:06 - - Permalien [#]