04 novembre 2013

Tout de même rouge, le bonnet

Pour conclure la journée, et témoigner d'un certain énervement de ma part pour les postures aristocratiques face à la colère ou la souffrance populaires... 

Tel tribun populiste patine dans la choucroute sous-marine et insulte nos amis Bretons en cet automne où le bonnet rouge se porte bien au vent*. D'autres heureusement respectent la colère populaire et cela où qu'elle se manifeste, tout en espérant voir le monde du travail défendre ses propres intérêts et non ceux des autres. 

Ouvriers, paysans, artisans, chauffeurs routiers, petits patrons, marins-pêcheurs, commerçants, employés, retraités... la masse du peuple qui défile à Quimper est digne de respect, et ce malgré certaines tentatives de récupération, de manipulation ou d'infiltration.

Il faudra bien écouter tout cela. Ou alors, comme disait Brecht, "ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d'en élire un autre ?"

La France d'en bas qui trime et qui n'oublie pas les belles traditions de luttes paysannes, artisanales et ouvrières qui font tout le sel de l'histoire sociale de ce pays. Comme celles d'ailleurs qui sont venues nous enrichir (espagnoles, polonaises, germaniques, arabes, italiennes, arméniennes, etc.).

On peut (et on doit parfois) critiquer Michéa mais les événements montrent décidément qu'il faut le lire ! Le complexe d'Orphée et Les mystères de la gauche (Climats). 

Et Lénine ne disait-il pas : "Quiconque attend une révolution sociale "pure" ne vivra jamais assez longtemps pour la voir." (source

* Et sans oublier que durant la Révolution française, les colères populaires et sociales bretonnes furent hélas détournées et conduites dans une impasse par nobles, prêtres réfractaires et divers nostalgiques d'Ancien Régime.

 

Posté par David Benito à 23:51 - - Permalien [#]


06 novembre 2013

Au coeur de la République

Une interview importante de Christiane Taubira ce matin dans Libération concernant les attaques racistes qu'elle subit régulièrement (par-delà sa personne... et sa politique).

Lorsqu'elle dit "Au-delà de mon cas, ces attaques racistes sont une attaque au coeur de la République", elle a parfaitement raison.

La République qui m'est chère, celle qui par-delà les intérêts des planteurs et colons, abolit l'esclavage, celle où la ligne de Robespierre triompha de celle de Barnave*. Celle qui fit du fils d'une esclave un général de la Révolution, parmi tant d'autres officiers dits "de couleur".

Il peut y avoir plusieurs lectures de la République (et de son histoire complexe), celle-ci est belle et source d'espoir comme d'avenir. 

Quant à l'idéologie du "sang", Georges Politzer comme Walter Benjamin en ont fait justice une fois pour toutes. 

* Comme incarnations de deux lignes politiques... car je n'oublie pas quelle était la situation de Barnave en 1792-1793. Pour Barnave, outre le chapitre très "institutionnel" mais pas inintéressant que lui consacre le furetien Gueniffey dans son Histoires de la Révolution et de l'Empire (Perrin), se reporter à la notice du Dictionnaire Soboul (PUF). Concernant les conséquences de la ligne politique portée par Barnave et représentante de certains milieux sociaux, voir le livre marquant de Florence Gauthier, L'aristocratie de l'épiderme (CNRS).

 

Posté par David Benito à 13:06 - - Permalien [#]

12 novembre 2013

11N

Triste 11 novembre parisien hier, le pire moment pour exprimer une colère. Le silence pour les morts. Pitié pour les masses d'hommes massacrées de part et d'autre des frontières. Et l'on n'est tout de même pas revenu en 34 ! Histoire, farce etc.

Posté par David Benito à 14:37 - - Permalien [#]

Epoque

A croire que certain titre de Maurras serait soudain devenu un best-seller ! Quelle époque... Passionnante à observer et dure à vivre.

Emmanuel Terray observe, passionné mais non fasciné, c'est Penser à droite (Galilée).

Patrice Gueniffey, lui, montre autant d'empathie pour Joseph de Maistre et Jacques Bainville qu'il a de détestation pour Maximilien Robespierre, c'est Histoires de la Révolution et de l'Empire (Perrin)*.

Ne reste plus qu'à attendre la réédition du livre de Michael Christofferson, Les Intellectuels contre la gauche (Agone), une édition revue et augmentée... notamment de nouvelles pages sur François Furet (dont Gueniffey fut "l'élève").

* Le meilleur livre de Guenniffey reste d'après moi Le nombre et la raison (EHESS). Moins polémique que tout ce qui a suivi... et d'utile lecture.

Posté par David Benito à 14:54 - - Permalien [#]

14 novembre 2013

Une pensée

Une pensée pour ce prêtre resté "en connaissance de cause" (des risques encourus) au Cameroun - dans la lignée des moines de Tibhirine*- et dont la vie est hélas en danger. En espérant que cela finisse bien cette fois. Car voilà un homme de paix pourtant...

* Voir le site du monastère... ou de ce qu'il en reste.

Posté par David Benito à 15:56 - - Permalien [#]


25 novembre 2013

Prix Historia 2013

Un prix largement mérité, une exposition d'une richesse folle... et tuante pour les yeux. C'était La Valise mexicaine, au MAHJ, cette année 2013. Quant au catalogue chez Actes Sud... le terme de pavé est faible pour le caractériser. Certaines choses doivent se mériter, semble-t-il.

Posté par David Benito à 11:39 - - Permalien [#]

Record morbide

Deux lectures récentes... reliées par l'explosion de la violence de masse guerrière depuis la fin du XVIIIe siècle (notamment due au rôle croissant de l'artillerie) :

- Leipzig, 1813. La guerre des peuples de Stéphane Calvet* (Vendémiaire)

- Le Jour le plus meurtrier de l'histoire de France. 22 août 1914 de Jean-Michel Steg (Fayard)

Tous ces pauvres soldats, sous-officiers, officiers de tant de nations broyés, hachés, éparpillés... l'attention des historiens les entend post-mortem et tente de nous les rapprocher, par sondage. Comme l'ancienne histoire-bataille semble loin !

* A noter, quelques passages intéressants  de Calvet sur les traces de républicanisme dans l'armée impériale de 1813. L'an II comme un reproche lancinant...

Posté par David Benito à 11:55 - - Permalien [#]

Ciné Indo (Paris)

Tout un cycle de cinéma lié à l'exposition sur l'Indochine et sa guerre aux Invalides, au sein duquel un ami porte mon attention sur "La Chambre noire de Khuong Mê", documentaire de Samuel Aubin (28 novembre). Et bien sûr, la possibilité de revoir "La 317e section" du grand Schoendoerffer dans des conditions optimales (4 décembre).

Posté par David Benito à 17:42 - - Permalien [#]

28 novembre 2013

3e Rencontres d'histoire critique

Tout le programme ICI. A Gennevilliers ces jours-ci. De bons historiens réunis... et la ténacité d'Anne Jollet, des Cahiers d'histoire.

Posté par David Benito à 18:40 - - Permalien [#]

De Libera

Lue ce jour dans La Croix, l'interview de l'historien de la philosophie Alain de Libera... où l'on suivra avec intérêt la confrontation qu'il opère entre "racines" et "patrimoine". Je signale au passage sa leçon inaugurale au Collège de France le 13 février 2014.

Posté par David Benito à 18:51 - - Permalien [#]