Une Fête de l'Humanité très particulière pour moi cette année, très bousculée, très dense... et placée sous le signe de Farah Baker (alias @Farah_Gazan sur Twitter), ma/notre jeune amie de Gaza, correspondante de guerre malgré elle... et de nouveau écolière. C'est si bon de la voir sourire et de la savoir en vie. Mais tant d'autres enfants et jeunes morts : 577 selon le dernier comptage de Pierre Barbancey, grand reporter à L'Humanité et qui nous a si bien informés tout l'été de Gaza, au péril de sa vie.

Je présente Farah ici, mais j'invite tout le monde à découvrir son compte Twitter, passionnant, à la suivre, à l'encourager... et à solliciter médias papier, sites d'information en ligne et chaînes de télévision pour qu'on parle enfin comme il faut de cette jeune fille, célèbre ailleurs dans le monde.

Je suis très reconnaissant envers le journal L'Humanité de l'accueil qui m'a été fait en ses pages pour traiter de Farah et la faire connaître en France et dans la francophonie : 

(1) Une première publication de l'affiche "Farah's eyes Gaza's eyes" (faite avec les graphistes Benjamin Le Coq et Vincent Lozachmeur) dans L'Humanité le lundi 18 août dans le cadre de la campagne #DesAffichesPourGaza (voir @Humaginaire).

(2) Une republication en format double au milieu du Hors-Série sorti en coopération avec le Secours Populaire Français et vendu 5€ (dont 2 reversés intégralement au profit des enfants de Gaza). Sorti en avant-première pour la Fête de l'Humanité ce week-end, il sera officiellement en kiosque demain un peu partout en France. On pourra aussi le commander au journal, notamment pour des quantités importantes.

(3) La commande qui m'a été faite, pour le même Hors-Série d'un portrait de Farah : on verra que c'est un texte d'auteur et non une présentation journalistique que j'en ai fait. Je voulais partager l'empathie, sentiment essentiel dans mon approche de Farah Baker, et à travers elle, de toute la jeunessse gazaouie durant le conflit (et ses suites).

Voici ci-dessous ce portrait* "Les yeux de Farah clament au ciel" (cliquer puis agrandir pour lire) :

FarahHuma001

FarahHuma002

Notre affiche sur Farah Baker aura été copieusement exposée à la Fête de l'Humanité, et notamment en grand format à côté de l'Agora, espace stratégique s'il en est, voir ICI.

Je suis aussi intervenu dans deux débats sur Gaza pour présenter Farah. Le dimanche à l'Agora, en compagnie de diplomates ou intervenants palestiniens, du président du Secours Populaire et du grand reporter Pierre Barbancey :

DébatAgora

 

Un autre la veille au stand de Bagneux.

Reste maintenant à diffuser le Hors-Série... et à faire connaître bien plus Farah, un regard neuf et passionnant sur la jeunesse à Gaza.

* Une seule réserve et de taille concernant le stagiaire ou correcteur de L'Humanité qui a cru bon retoucher ici et là au texte, pourtant très écrit. Je lui reproche surtout d'avoir rajouté une particule à Maximilien Robespierre, pour le moins une maladresse... allant dans le sens de la légende noire d'un Robespierre traître à sa classe nobiliaire. J'invite la rédaction du journal à lui offrir la nouvelle biographie de référence sur Robespierre publiée par Hervé Leuwers (Fayard), qui règle son compte à la question de la pseudo-noblesse de Robespierre, et précise l'utilisation qu'il faisait de la particule sous l'Ancien Régime. Je mentionne quant à moi toujours et uniquement Maximilien Robespierre, ami du peuple et démocrate radical.